IMG_1156.JPG

Passionné depuis sa tendre enfance par le feu et autres substances, il suit les pas de Marcus Graéchus et de Frère Roger Bacon en confectionnant des artifices plus ou moins explosifs. Ces expériences, sentant fort le fagot, provoquent la hire de l'église, mais lui assurent la protection de grands princes fort intéressés par ses découvertes. Sa plus grande joie est de faire sursauter les membres de la compagnie en mettant LE FEU AUX POUDRES ....

Enguerant l'Alchimiste
 
Laure de Joinville

Sur les pas de son aïeul, sire Jean de Joinville, chroniqueur et biographe du roi St Louis (Louis IX), au sein de la compagnie, elle manipule habilement chaudron et poêle pour satisfaire nos appétits féroces, en alternance avec l'aiguille et sonnaille pour repriser nos effets.
 

EYMERIC BOECKLIN VAN BOECKLINSAU

Issu d'une famille noble du duchés de Strasbourg depuis le XIIIème siècle, et restant dans la lignée de ses ancêtres, Eymeric, dit "le Teigneux", fait valoir sa bravoure en combattant aux côtés de nombreux Seigneurs. Aujourd'hui, il a fait le choix de rejoindre notre compagnie.

 
 

Alias Stourm (tempête en breton), et attaché au service du Connétable de Richemont, parti de sa Bretagne natale afin de bouter l'Anglois hors de France. Il suivit Jeanne D'ARC jusqu'à sa capture, après quoi il rejoint la troupe de l'épée de Fierbois en tant qu'archer de talent puis artilleur en second.

Messire Gauvin d'Hennebont
Catherine 

Fille des forêts de l'Est, les hasards de l'existence l'ont amenée à être servante en la Maison de Gauvin d'Hennebont. Ainsi elle finit par le suivre dans ses aventure par vents et marées. Elle est devenu spécialiste dans les outils de toilettes et de calligraphie.

 
Vicomte Eachann Gillechriosd de Moncreiffe

Le jeune garçon est arrivé en France avec les soldats écossais qui sont venus en 1418 aider les Français à se défendre contre les anglais.  

Il est resté avec une division écossaise dont une centaine d’entre eux avaient été retenus par le Dauphin, future roi Louis XI, comme garde de corps - connu sous le nom de la ‘garde écossaise’ - pour le roi, Charles VII, 

En 1429 Eachann était parmi les écossais qui avaient aidé Jeanne d’Arc au Siège d’Orleans à sauver la ville.

Marguerite d’Ecosse, est arrivée en France en 1436 comme jeune fiancée pour se marier avec le Dauphin, mais les anglais, voyant ce marriage d’un mauvais oeil, ont tenté d’intercepter le cortège de Marguerite, mais Eachann et ses hommes ont réussi à sauver Marguerite des anglais.

Le roi d’Ecosse, Jacques 1er, père de Marguerite, lui conféra alors son titre de Vicomte en reconnaissance de ceci et pour avoir honoré la Vieille Alliance avec la France.

Il était ensuite un des premiers en 1439 à entrer dans la ville de Meaux lors du siège contre, encore, les anglais, et, en 1440, le roi Charles VII lui a donné en don la Châtellenie de Gournay en reconnaissance de ses services à la France.

 

Monseigneur de Moncreiff a par la suite prêté son aide en étant présent lors de la signature de la Vieille Alliance entre l’Ecosse et la France en 1448, dont un poète de l’époque, Alain Châtier, avait écrit « l’Auld Alliance n’a pas été écrite sur un parchemin de peau de brebis mais gravée sur la peau d’hommes, tracée non par l’encre mais par le sang ».

Depuis, le Vicomte de Moncreiffe sert le roi Charles VII en conseil administratif et militaires, ainsi que le Dauphin avec l’administration du Dauphiné.

Dernièrement, en 1453, à la fin de la guerre des cent ans, il a été nommé par le roi Charles VII comme Commandant en Chef de la Garde Ecossaise, garde de corps du roi.

Aujourd’hui, en vue de ses diverses fonctions des rois de France et d’Ecosse, il est venu parmi nous, mercenaires, cherchant à réunir et soutenir toutes les forces qui ont défendus la France pour mieux la protéger ainsi que notre roi au futur.

 
Francoise
de Seignaux

Enfant rebelle du pays de Foix, descendante illégitime de Gaston Phébus, elle rejoint la compagnie avec ses fils preux combattants, pour agrémenter en victuailles

la table de la compagnie et

faire quelques menus

travaux d’aiguilles.

 
Constantin

D'origine noble, dont ont taira

le nom (Etienne),

il était alors écuyer quand sa

famille fut massacré lors de la

grand guerre par les paysans affamés.

Il avait alors sympathisé, malgré

son égocentrisme, avec la troupe qui

était alors au service de son maître d'arme.

Privé de sa famille et de ses biens, il nous convainquis, contre ces derniers deniers, d’annihiler les traîtres. Et c'est après ces actes que son nom perdit sa noblesse et qu'une prime fut mise sur sa tête. Le forçant à se renommer et devenir membre de

notre troupe.

 
Fortuna
de Montoulieu

Abandonné étant bébé, sûrement à cause d'une malformation, il fut trouvé et élevé par Françoise de Seignaux. Il grandi alors dans la troupe itinérante de

"l'épée de Fierbois".

Il apprend alors le métier

de bimbelotier lors de son

séjour au Château de

Tihl. Art qu'il propose

maintenant à la

démonstration

sur le

campement.

 
 de formidables rencontres

et de voir notre troupe s'enrichir ! Principalement de membres bien sûr !

Avec l'ESPOIR ...